fbpx

Du Québec à l’Italie pour le temps des fêtes

Au Québec, pâtés à la viande, tourtières, cipailles, patates pilées, dinde, ragoût de boulettes et tartes au sucre sont au menu depuis des générations. Du moins, c’est ce qu’il nous semble. Or, contrairement aux idées reçues, cette tradition culinaire des fêtes, loin d’être immuable, a évoluée au court du temps et continue de s’enrichir de nouveaux mets année après année.

En effet, si les pâtés à la viande, les beignes et la tarte au sucre sont un héritage de la France et des premiers colons, d’autres traditions comme la dinde et la gelée de canneberges nous viennent directement des traditions américaines et anglaises et n’ont que quelques dizaines d’années. Le menu des fêtes québécois n’a de cesse d’évoluer et de s’enrichir des différentes cultures qui viennent colorer le paysage culinaire du Québec. Parmi ces différentes cultures culinaires qui viennent garnir nos tables durant la période des fêtes, l’Italie et ses produits de grande qualité prennent de plus en plus de place, avec raison.

Si les œufs farcis et les sandwichs roulés sont des hors-d’œuvre encore présents sur la table des fêtes, la grande tradition italienne des antipasti semble en voie de prendre la position de tête. Bruschetta, prosciutto, jambon de parme, salami, crostini, focaccia et caviar d’aubergines, le choix est vaste lorsqu’il est question d’ouvrir les festivités culinaires à la façon italienne. À cela, ajoutez poivrons grillés, olives, tomates séchées, champignons marinés et aubergines à l’huile au ketchup maison et aux betteraves marinées et vous obtiendrez un mixte de traditions culinaires magistral.

Vous avez encore faim? Le temps est maintenant aux entrées. Si traditionnellement les entrées sont peu présentes dans le repas des fêtes québécois, le primo piatto est un art que l’Italie puise dans ses racines. Arancini, carpaccio, pasta, calmars farcis et risotto ne sont qu’une infime partie de ce que l’art culinaire italien peut venir ajouter à la tradition culinaire d’ici. Bien que la tourtière et la dinde aient toujours une place de choix, une touche italienne saura sortir le repas de fêtes de la routine. En secondo piatto, osso buco, polpette, escalopes à la milanaise, pancetta de vitella arrocchiatta ou espadon grillé sauront transporter le repas des fêtes dans les différentes régions de l’Italie d’où ils proviennent.

Encore un peu de place? Juste avant le dessert, c’est le temps des fromages et du léger goût de noisette Fontina, du traditionnel et goûteux Pecorino, du doux et léger Caciotta ou du puissant Gorgonzola. Pour le dessert, pourquoi ne pas remplacer la traditionnelle bûche par le classique Panettone italien, le tout accompagné d’un espresso court. Aussi variés que ses plats, les grands vins de l’Italie sauront accompagner merveilleusement toutes les étapes du repas des fêtes. En passant d’un magnifique Barolo à un pétillant Prosecco, au détour d’un grand Amarone ou d’un classique Chianti, les centaines de cépages et la grande variété de terroirs et de climats sauront satisfaire les plus exigeants connaisseurs comme l’amateur. Vous trouverez une grande variétés de vins exclusifs chez les cavistes de la Petite Italie.

Loin d’être figé dans le temps, le repas des fêtes québécois n’a cessé d’évoluer et de se modifier au fil du temps. Populaire dans les années 60, l’Aspic aux tomates a pratiquement disparu de nos tables pour faire place au plateau de fromage, preuve que les choses changent. Aujourd’hui, bien manger est une source d’exploration et de découverte, un plaisir gratifiant et réconfortant. Alors, quel plus beau temps que celui des fêtes pour jumeler ce que la tradition culinaire italienne et québécoise a de mieux à offrir?

Pour des ingrédients, repas, vins et desserts italiens authentiques, visitez:

Retour à la liste