fbpx

Boulevard St-Laurent

Plus ancienne voie nord-sud de Montréal, le boulevard Saint-Laurent, aussi connu sous le nom de la Main, a servi de lieu d'intégration des nouveaux immigrants pendant plus d’un siècle. 

Dès la fin du XIXe siècle, Montréal accueille des centaines de milliers d’immigrants en provenance d’Europe. Arrivés dans le port, ces derniers pénètrent peu à peu dans le tissu urbain en longeant le boulevard Saint-Laurent. Dès 1893, la ligne de tramway 55 du boulevard Saint-Laurent est prolongée jusqu'à la rue Isabeau (devenue Jean-Talon). Cette prolongation, combinée au fait que cette partie de la ville est alors peu urbanisée, encourage le déplacement des Italo-Montréalais vers le nord. À cette époque, les lots de terrains longeant la Main sont développés jusqu’à Beaubien. Après cette rue, les habitations résidentielles s'étendent progressivement vers le nord, mais sont entrecoupées de terrains vagues. En 1949, les bâtiments construits au fils des ans forment une ligne continue sur le boulevard jusqu'à la rue De Castelnau.

Après la Seconde Guerre mondiale, le nord du boulevard Saint-Laurent accueille une seconde vague d'immigration italienne, qui apportera un important changement à l’urbanisme du quartier. Les duplex et les triplex,  principalement résidentiels à l’époque, laissent place à des magasins et services au rez-de-chaussée des bâtiments. Les cafés, restaurants et épiceries d'offre italienne se multiplient, renforçant le rôle de propondérant de la communauté italienne. 

À partir de la décennie des années 1960, les Italiens quittent graduellement la partie nord du boulevard et ses environs. Plusieurs commerces ferment leurs portes, alors que d'autres demeurent ouverts et continuent d'attirer les consommateurs de la communauté ainsi que les Montréalais de toutes origines. 

Les décennies suivantes voient graduellement les immeubles du tronçon Saint-Zotique - Jean-Talon se dégrader et les vitrines vacantes s'accumuler. Au début des années 1990, plus d’une vingtaine de locaux commerciaux sont vacants sur le boulevard Saint-Laurent, entre Saint-Zotique et Jean-Talon. C’est à ce moment que la Ville, conjointement avec l’Association pour la promotion de la Petite-Italie de Montréal, entreprend la revitalisation du quartier et du boulevard grâce à l'implantation d'un mobilier urbain distinctif, en particulier des arches décoratives. 

Depuis 1998, le boulevard Saint-Laurent est considéré comme un lieu historique national du Canada. Ses activités commerciales et culturelles imprègnent la Petite-Italie de son effervescence et de son dynamisme. 

Retour à la liste